Look: La Liseuse

Bonjour tout le monde!

Me voilà de retour avec un nouveau look: La Liseuse. C’est une petite référence à deux oeuvres d’art que j’apprécie, le roman Le Liseur de Bernhard Schlink, et le tableau La Liseuse de Fragonard. Et surtout, un gros clin d’oeil à mon nouvel emploi: je suis en effet nouvellement libraire! 

Ces dernières semaines ont été chargées émotionnellement pour moi: eh oui, mon entrée dans le monde du travail s’est concrétisée, et ça m’a énormément fatiguée! Ça y’est, j’ai signé un CDI, un 35h, et c’est parti jusqu’à la retraite 😉 Dit comme ça, ça fait un peu peur, mais c’est aussi une grande avancée.

Après des années de galères familiales, j’ai rompu les liens cet été avec mes parents. Mais cet élément dépendait évidemment de ma capacité à survivre (#manger) sans eux. Depuis que j’ai passé le bac, j’habite toute seule; j’attendais depuis très longtemps de pouvoir m’émanciper d’une famille que je considère comme destructrice pour moi. Mais voilà, c’est pas si simple. J’ai commencé des études très prenantes (prépa littéraire, puis double-cursus à La Sorbonne et l’Ecole du Louvre, passage à Sciences Po et master d’histoire), mais je ne me retrouvais pas dans ces formations, et j’espérais pouvoir recommencer des études plus artistiques, en rapport avec la mode ou le design. Mais pour ça, je devais entretenir des relations cordiales avec mes parents, et c’était extrêmement dur.

 

Cet été, alors que mon entrée à l’ESMOD en cursus de stylisme s’était concrétisée, j’ai finalement saturé et compris que je n’étais pas prête à continuer ce statu quo dans mes relations familiales. J’ai renoncé à une carrière, à une vie en quelque sorte, et à beaucoup de choses en même temps pour acquérir une tranquillité d’esprit.

Alors voilà, obtenir cet emploi, ça signifie gros pour moi. Ça y’est, je suis une adulte. Ça y’est, je vais pouvoir respirer. Ça y’est: c’est le moment que j’attendais depuis toute gosse. Et en même temps, je n’ai plus que moi sur qui compter. Ça fait peur. C’est beau, aussi: d’une certaine façon, tous mes rêves sont à portée de main. Je n’ai plus à espérer qu’untel me soutienne, qu’untel approuve. Tout dépend de moi, et donc, tout est possible. 

Le blog, l’emploi, et une bonne dose de positivité: ma vie est en train de prendre un nouveau tournant. Après des années à stagner dans une position de victime, de dépendance, et d’attente, je suis maintenant aux rennes de ma vie, et je n’ai qu’à en décider l’orientation. Beaucoup de soulagement, mais aussi beaucoup d’anxiété: maintenant que je suis maître du navire, les réussites comme les échecs seront de mon ressort! Et c’est sans doute ça qui me pétrifie, me fatigue énormément et m’empêche d’être aussi productive que je le souhaiterais.

Et puis heureusement il y a cette petite voix qui me souffle la bonne réponse: « tu apprends, sois douce, sois tendre avec toi-même ». Aujourd’hui, plus que d’anticiper ce que je n’arriverai pas à faire, plus que de m’attrister de mes échecs, j’ai envie de célébrer ce que j’ai aujourd’hui et que je n’avais pas hier. J’ai envie de me souvenir qu’à un certain point, je rêvais de choses que j’ai depuis acquises. 

Se fixer des objectifs, c’est bien. Travailler chaque jour pour les réaliser, c’est bien aussi. Mais se blâmer quand on n’y arrive pas, c’est tout simplement inutile, et même contre-productif. En une phrase: il faut cultiver le juste, mais ne pas chercher à changer le faux. 

Voilà donc pour la petite leçon de la semaine! Revenons maintenant à nos moutons, et par moutons, j’entends: le look!

Cette semaine, je vous présente ma première collaboration avec la jolie marque parisienne Mademoiselle Pimpante! C’est en me baladant dans les petites rues de Montmartre que je suis tombée sur leur petite boutique, un petit coin lumineux et secret dont l’ambiance m’a tout de suite attirée. Cette marque, créée par deux soeurs, présente des vêtements d’esprit bohème chic qui sont à la fois originaux et tendance. 

Après avoir vagabondé dans la boutique, mon regard a été attiré par cette jolie blouse. Elle pendait joyeusement, toute seule, au-dessus de la caisse: c’était en fait un modèle unique, que les créatrices avaient décidé de ne pas reproduire. Il faut savoir que chez Mademoiselle Pimpante, les collections sont mini-mini: quelques pièces par taille, et c’est tout. Et cette blouse, elle, était carrément la seule pièce produite dans ce modèle! Couleur nacre, la blouse est en coton brodé, et les broderies sont extrêmement détaillées. J’ai adoré les détails du cou et des manches, des petits clins d’oeil XIXe sur des broderies d’inspiration asiatique. Derrière, une longue fermeture noire rajoute un aspect rock trop charmant. En tout cas, j’ai eu mon petit succès!

Pour mettre en valeur cette jolie chemise, j’ai choisi un short noir assez simple, que j’ai acheté chez Des Petits Hauts. J’ai aussi mis des grosses derbies style Doc Martens (de COS), et mes nouvelles grosses lunettes rondes (que je te présenterai bientôt). J’adore le rendu, entre petite fille modèle et fashionista un peu rock! 

Pour faire ces photos, j’ai été chez Merci accompagnée de la talentueuse @alejandrarossophotographie 

Pour visiter les super créatrices de Mademoiselle Pimpante, c'est par ici:

Mademoiselle Pimpante, 17 rue la Vieuville 75018 Paris

http://www.mademoisellepimpante-shop.net/

EnregistrerEnregistrer

Written by

Léna, c'est moi! Une parisienne de 23 ans, en reprise d'études. J'ai décidé de me fixer un challenge: en un an, régler mes vieilles blessures et commencer à m'épanouir dans le monde de la mode!

5 comments / Add your comment below

  1. Quel parcours Léna ! Je te souhaite d’être heureuse et de continuer de suivre le chemin que tu te traces 🙂 Super ce boulot de libraire ! Un CDI en 35h, je suis loin d’être aussi adulte que ça, moi, haha. Travailler entourée de livres, quelle joie 🙂
    Je rajouterais que cette blouse est vraiment superbe, vive la vie en frous-frous !

Laisser un commentaire